Ministère de l'Éducation Nationale
Vous êtes ici :  Accueil >  Textes officiels >  Circulaires > Auxiliaire de vie scolaire 

Auxiliaire de vie scolaire

Circulaire n° 2002-113 du 30 avril 2002, B.O. n° 19 du 9 mai 2002

Il est important de souligner qu’un certain nombre d’enfants handicapés peuvent être intégrés individuellement avec les moyens propres de l’école et/ou avec l’appui d’aides techniques. Dans bien des cas néanmoins, l’accompagnement par un service spécialisé ou de soins est indispensable.

La présence d’un auxiliaire de vie scolaire est utile dans certains cas mais elle ne peut être une condition de la scolarisation. De même, elle n’a besoin d’être permanente que dans de rares situations. Le plus souvent, l’auxiliaire de vie scolaire n’intervient que sur une partie du temps scolaire. Ce type de mission peut être assuré soit par des auxiliaires de vie scolaire salariés de services associatifs ou de collectivités locales, soit par des aides-éducateurs, même si la mission de ces derniers est plus souvent centrée sur l’aide collective à l’intégration.

L’auxiliaire de vie scolaire peut être amené à effectuer quatre types d’activités : 

  • des interventions dans la classe définies en concertation avec l’enseignant (aide pour écrire, manipuler le matériel dont l’élève a besoin...) ou en dehors des temps d’enseignement (interclasses, repas...) ;
  • des participations aux sorties de classes occasionnelles ou régulières ;
  • l’accomplissement de gestes techniques ne requérant pas une qualification médicale ou paramédicale particulière ;
  • ainsi qu’une collaboration au suivi des projets d’intégration (réunions d’élaboration et de régulation du projet individualisé, participations aux rencontres avec la famille...).

En conséquence, la préconisation de l’accompagnement d’un élève par un auxiliaire doit être fondée sur une analyse précise des besoins propres de l’élève. Elle doit être motivée avec soin, en particulier lorsqu’il s’agit d’une présence à temps plein. L’instruction des dossiers est réalisée par la C.C.P.E. (commission de circonscription pré-élémentaire et élémentaire) sur la base de critères partagés, élaborés au plan départemental ; les dossiers sont ensuite soumis à la C.D.E.S. (commission départementale de l’éducation spécialisée) qui rend un avis. Dans tous les cas, même lorsqu’il s’agit d’une présence à temps partiel, la préconisation de l’aide par l’auxiliaire de vie scolaire est assortie d’une échéance précise, mentionnant la date fixée pour la révision de cette attribution.

Extrait du B.O. n° 19 du 9 mai 2002.

 

Témoignage

Vidéo en grand format »

Vos réactions